Mardi 10 Janvier 2017 – ELISSA CASSINI / ALASDAIR BEATSON

Elissa Alasdair MM

 

 

 

 

 

 

ELISSA CASSINI, violon
ALASDAIR BEATSON, piano

 

Wolfgang Amadeus Mozart  Sonate pour violon et piano K. 304.
Georges Enesco  Impressions d’enfance op. 28.
Ludwig van Beethoven  Sonate pour violon et piano n° 9 “A Kreutzer” op. 47.
Olivier Messiaen  Thème et variations.

 

C’est lors de son séjour à Paris en 1778 que Mozart composa cette sonate qui semble refléter un état de crise, avec des moments proches du pathétique. Mais la sérénité finit par s’imposer. La célèbre sonate « À Kreutzer » de Beethoven, écrite dans un « style concertant » opposant les instruments, fut jugée « outrageusement inintelligible » par son dédicataire qui refusa de la jouer… et elle est maintenant devenue une des sonates les plus jouées ! En 1932, Messiaen dédie ce Thème et variations à la violoniste Claire Delbos qu’il épouse cette même année. Georges Enesco revenant au village de son enfance en 1940, composa une suite de dix tableaux évoquant le monde de son enfance. Cette œuvre allie une extrême virtuosité à une poésie délicate.

Formée à Angers puis à la Juilliard School de New York, la jeune violoniste angevine et américaine Elissa Cassini a été saluée lors de son récital au Carnegie Hall en 2009 pour « son empathie totale avec la musique » par le New York Concert Review. De son côté, le Newe Music Zeitung a découvert « une soliste puissante et impeccable » dans son interprétation du concerto  d’Anders Eliasson au Konzerthaus de Berlin. Considéré comme un « distinctive and vibrant musician » le pianiste Alasdair Beatson est  un soliste régulier du Scottish Chamber Orchestra, du Royal Scottish National Orchestra, du Britten Sinfonia et du Scottish Ensemble.

Mardi 7 Février 2017 – LUGANSKY / RUDENKO

Lugansky Rudenko MM

 

 

 

 

 

 

Nikolaï LUGANSKY, piano
Vadim RUDENKO, piano

 

Anton Arenski Suite n°1 pour piano
Serge Rachmaninov Suite n°1 pour deux pianos
Francis Poulenc Sonate pour deux pianos
Serge Rachmaninov Suite n°2 pour deux pianos

 

Deux pianistes russes de tout premier plan pour jouer sur deux pianos deux suites de deux compositeurs russes. La première suite de Rachmaninov illustre dans un style pianistique très romantique des textes poétiques : Lermontov, Byron…. La deuxième est contemporaine du deuxième concerto pour piano. Son lyrisme chaleureux reflète l’Italie où elle fut composée. Arenski fut élève de Rimski-Korsakov, puis professeur de Scriabine et Rachmaninov. Moins connu que ses élèves, il joua un rôle important dans l’histoire de la musique russe. Ses Suites mêlent la virtuosité au pittoresque.

« Le digne héritier de la grande école des pianistes russes » disait de Nikolaï Lugansky Tatiana Nicolaïeva, son professeur à l’Ecole Centrale de Moscou où il est entré à l’âge de sept ans. Sensible à l’univers romantique de Rachmaninov dont il se sent proche, il sait en exprimer avec simplicité la grande complexité. Un toucher et une sobriété uniques. Vadim Rudenko est, comme son compatriote, son compère, son complice, Nikolaï Lugansky, l’un des plus grands pianistes d’aujourd’hui. La critique lui reconnaît une perfection technique et une profondeur d’interprétation exceptionnelles. Ils sont (évidemment) tous les deux lauréats du Concours Tchaïkovski.